Le surpoids

Votre naturopathe spécialisée en micronutrition

Aminata Andrieux

Le surpoids résulte d'une diminution importante des dépenses énergétiques par rapport aux apports caloriques. L'excès des apports sur une trop longue période est facteur de surcharge pondérale (le surplus est mis en réserve sous forme de lipides dans le tissu adipeux blanc).

Cette suralimentation globale (hyperphagie) conduit fréquemment au surpoids, surtout chez les individus génétiquement prédisposés. 

La régulation du comportement alimentaire est très complexe, elle a lieu dans la zone ventro médiane de l'hypothalamus (VMH). Cette zone serait activée par la présence du glucose et de l'insuline, et plus la masse adipeuse augmente, plus le taux d'insuline circulante est élevé.

Un régime alimentaire où les lipides deviennent prépondérants (avec forte prédominante des graisses saturées) favorise l'excès de lipides circulants (triacylglycérol et cholestérol).

L'insuline permet le stockage accru de triacylglycérols alimentaires dans les tissus adipeux. Les glucides assurent aussi une source suffisante de glycérophosphates pour le stockage adipocytaire des acides gras. Le coût énergétique du stockage des triacylglycérols alimentaires dans le tissu adipeux est beaucoup plus faible que le coût du stockage des triacylglycérols synthétisés à partir des glucides.

Les principaux facteurs conduisant à l'hyperphagie sont :

- la variété des aliments proposés incite à une surconsommation calorique

- l'augmentation du pourcentage des lipides dans la ration énergétique

- la diminution de l'activité musculaire, trop peu d'exercices physiques

- les facteurs génétiques (héréditaires)

- la dimension psychologique. Elle est présente en permanence dans l'évolution d'une hyperphagie, aussi bien dans son origine que dans ses conséquences. Stress, angoisses, dépression peuvent augmenter l'appétit et provoquer une prise de poids chez certaines personnes (alors qu'elles peuvent diminuer la sensation de faim chez d'autres), elles mangent ce qui leur fait plaisir. Assouvir ce besoin de manger calme les angoisses.

Pour affronter le stress, le corps réagit immédiatement en puisant dans nos réserves de vitamines et de minéraux, les nutriments nécessaires. Mais l'état des réserves dépend de notre hygiène alimentaire journalière : si nous mangeons mal, nous ne disposons pas d'un stock suffisant. Si nous lui donnons ce qu'il réclame, le désir de manger disparaît immédiatement. Si, par contre, on lui donne des graisses ou du sucre alors qu'il réclame des vitamines et des minéraux, alors il persiste dans sa demande et nous pousse à manger encore et encore...

De nombreuses autres causes peuvent être responsables de la prise de poids : colères, frustrations, insatisfaction, inhibition, mal dans sa peau, culpabilité, échecs à répétition dans sa vie professionnelle et sa vie privée …

De même, la façon dont nous avons été nourris au cours de notre enfance peut influencer notre rapport à l'alimentation. Il est très difficile de perdre ses mauvaises habitudes et accepter l'idée de moins manger. Chez de nombreux enfants obèses, on décèle un sentiment d’insécurité; dû à un manque de désir et d'amour de leurs parents. Incapables de rassurer leur enfant autrement qu’en le gâtant du point de vue nutritif et en le surprotégeant, les parents amènent celui-ci à devenir obèse.

Chez certaines personnes, la prise de kilos peut entrainer un stress important, une dépression plus ou moins sévère et un dégout de soi, situations risquant d'aggraver la prise de poids.

Réalisation & référencement Simplébo

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.